Mise en place d’un projet visant l’établissement d’entreprises agricoles biologiques

Mise en place d’un projet visant l’établissement d’entreprises agricoles biologiques

La MRC des Chenaux est fière d’annoncer la mise en place d’un projet visant à aider l’établissement d’entreprises agricoles maraîchères biologiques dans la région. Les Terres du possible, incubateur agroalimentaire, contribuera à la réussite de jeunes entreprises en leur offrant un lieu clé en main pour soutenir le démarrage de leur entreprise.

Comme l’explique Gérard Bruneau, préfet de la MRC, « L’objectif ultime de notre incubateur agricole, c’est de favoriser l’implantation de petites entreprises en production maraîchère biologique en Mauricie. Ceci permettra de diversifier notre agriculture et d’accueillir de nouveaux arrivants qui seront un apport important à la vie et l’économie régionale. » Ce tremplin agricole biologique est établi à Sainte-Anne-de-la-Pérade sur le Rapide-Nord, grâce à la participation de deux propriétaires terriens, soit Paul Lavoie et Suzanne Allaire qui ont accepté de louer
des parcelles à Les Terres du possible. Concrètement, les jeunes entrepreneurs pourront développer leur clientèle, un réseau de contacts, un historique financier, acquérir de l’expérience en gestion d’entreprise agricole, le tout en minimisant les risques d’endettement lors de ces premières années d’établissement. De plus, ils pourront louer un lopin de terre certifié bio et utiliser des infrastructures communes telles qu’une serre chauffée, un espace de rangement, un système d’irrigation ou une chambre froide. Il sera même possible de faire de petits élevages ne nécessitant pas de grandes surfaces, comme la volaille ou les lapins.

À long terme, il est espéré que Les Terres du possible induisent une diversification de l’agriculture dans la MRC des Chenaux et en Mauricie par l’implantation de petites unités de production agricole biologique. Jusqu’à maintenant, les phases du projet qui ont été mises en action comprennent l’embauche d’une coordonnatrice au projet en la personne d’Émilie Gendron, la remise en condition de la terre louée, la pré certification bio de la terre avec l’organisme Québec-Vrai et la création d’un logo avec du contenu publié sur les réseaux sociaux.

Les buts visés de l’incubateur sont variés et permettront la réussite de projets agricoles bio novateurs. Ils visent notamment à créer un lieu clé en main pour le démarrage d’une entreprise agricole biologique en Mauricie, favoriser l’installation et l’intégration d’une relève agricole, démarrer et coordonner les aspirants entrepreneurs dans leur projet, que ce soit par des conseils agronomiques ou par l’implantation d’un plan d’affaires et de mise en marché. De plus, l’adhérant sera accompagné pas à pas vers son autonomie en l’aidant notamment à choisir une terre au terme de son projet en essai, afin de poursuivre les actions amorcées à la concrétisation de son entreprise. Enfin, il est souhaité de pérenniser la continuité de la plateforme et en adapter le modèle selon ce qui a fonctionné ou non, mais surtout exporter le modèle dans d’autres MRC ou régions, puisque le projet reste unique en soit pour son volet biologique.

Les nouveaux producteurs pourront profiter de la force du réseau, entre autres par l’échange de données entre entrepreneurs qui démarrent et leur permettront d’apprendre les uns des autres sur ce qui fonctionne ou non. Ils pourront aussi s’appuyer sur les conseils de gens déjà établis dans le domaine pour les diriger.

Enfin, les entrepreneurs intéressés à démarrer leur projet d’entreprise biologique devront avoir quelques connaissances agricoles, mais également soumettre un plan d’affaires accompagné de leurs idées de mise en marché. Les projets devront être établis dans leurs grandes lignes, sans nécessairement être aboutis pour leur présentation au comité de sélection. Un maximum de huit projets seront retenus d’ici 2023. Chaque projet devra être amené à terme dans un horizon de deux à quatre ans.

Les entrepreneurs désirant soumettre leurs idées et discuter de la faisabilité de leur projet peuvent obtenir plus de renseignements en contactant Émilie Gendron, coordonnatrice de Les Terres du possible à l’adresse courriel [email protected] À noter que cette dernière détient une expérience de huit ans dans la coordination de vignobles biologiques et biodynamiques. La date limite de dépôt est le 31 décembre 2020 pour le premier appel de projet.

Plusieurs partenaires s’ajoutent à la réalisation de ce projet, notons par leur concours financier le Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ), le Ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH), Desjardins et la MRC des Chenaux. De plus, l’aide de partenaires organisationnels, tel que le Carrefour Jeunesse Emploi Trois-Rivières/MRC des Chenaux, la Municipalité de Sainte-Anne-de-la-Pérade, Avenir entreprises agricoles Mauricie et le Club agroenvironnemental Lavi-eau-champ, permettront également de bien mener le projet.